Démolicieux: Avernus – « Sadness »

La chronique « Démolicieux » portera sur des démos, souvent parus en cassette, qui bottent des culs. Souvent tombés dans l’oubli, ils n’en demeurent pas moins de sacrées bonnes oeuvres.

Le premier démolicieux est Sadness, d’Avernus, un groupe de Chicago formé en 1992. Fort de quatre pièces pour 32 minutes, Sadness est paru en 1994. Il constitue un classique de l’underground métal nord-américain des années 1990. Avernus est probablement l’un des premiers groupes doom/death métal nord-américain à jouer un style plus « Euro », qui évoque la Trinité du doom/death britannique (My Dying Bride/Anathema/Paradise Lost). Même Novembers Doom n’avait pas encore lancé de disque.

Les quatre pièces de Sadness démontrent une maturité au plan de la composition. Longues, mais coulantes et dynamiques, elles sont bien servies par la combinaison de la voix death de Rick McCoy et de la voix clean de Kimberly Goss (ex-Cradle of Filth, Therion, Ancient, Dimmu Borgir, Children of Bodom, Sinergy et autres). Un son très Euro, mélodique et classe, mais avec une touche d’agressivité typiquement nord-américaine. Sadness montre des musiciens prêts à passer à un niveau supérieur, ce qui, curieusement, n’est jamais arrivé. Avernus n’a pas été signé par une compagnie d’envergure (Peaceville Records aurait été parfaite pour le groupe); il a signé avec MIA Records, qui n’a jamais été à la hauteur d’autres plus importantes, comme Peaceville Records, Earache Records, Relapse Records, Century Media Records, Nuclear Blast Records, Metal Blade Records, etc.

La suite de l’histoire a donné raison à ces compagnies. Lorsqu’en 1997 Avernus a lancé Of The Fallen, son seul album studio, les réactions avaient été mitigées. Le groupe avait alors pris une direction plus gothique, moins death. Évidemment, la horde de « gros pouèles » n’a pas aimé ça. Il est vrai que certaines pièces du disque, malgré leurs qualités musicales, souffraient des choix vocaux clean pas toujours appropriés de McCoy . Il n’avait pas l’étoffe d’un Dan Swanö ou d’un Mikael Akerfeldt. Je crois que le groupe aurait effectivement dû miser davantage sur la puissante voix death de McCoy, qui ajoutait un fini agressif sur des compositions élégantes.
Si vous aimez Swallow the Sun, Draconian et autres groupes Napalmiens, vous aimerez Sadness, d’Avernus. À noter que le groupe serait toujours actif, alors qui sait, peut-être aurons-nous éventuellement droit à un nouvel album.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :