Plaisir coupable : Bryan Adams – « Reckless »

Vous le connaissez. Il incarne le rock canadien. Vous savez par coeur les paroles de Summer of ’69, même si vous préféreriez vous faire raser les jambes avec une râpe à fromage plutôt que de l’avouer. Pour ma part, je les connais et je les chante chaque fois que j’entends ce classique. Parce que c’est un freakin’ classique. Parce que c’est freakin’ Bryan Adams.

Je l’admets, j’ai pas mal décroché de son oeuvre au début des années 90. Mais quand j’écoute Reckless (1984), je me dis: ça, ça c’est un excellent album. Parfait pour les road trips. Summer of ’69. Run To You. One Night Love Affair. Heaven. Somebody. It’s Only Love. Toutes des succès. Six pièces sur dix. Et les quatre autres rockent salement elles aussi : She’s Only Happy When She Dancin’; Kids Wanna Rock; Long Gone; Ain’t Gonna Cry. Il a vraiment mis toute la fougue de sa jeunesse dans ces chansons, ce Bryan.

Encore aujourd’hui, Reckless s’écoute comme un charme, grâce à la très haute qualité des compositions et l’efficacité des mélodies. Adams connaît ses clichés rock et il sait comment s’en servir. Du rock incendiaire (Kids Wanna Rock) à la ballade poignante (Heaven) en passant par la pièce ultracatchy parfaite pour danser (It’s Only Love), il couvre tout le spectre rock et en extrait ainsi un disque triomphal. Reckless. Indeed.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :