Classique oublié: Edge Of Sanity – « Crimson »

Edge Of Sanity est le premier Opeth. Comparez les deux groupes et vous découvrirez bien des similitudes, comme ce même désir de combiner death métal et segments plus prog ou l’utilisation de voix clean et death comme composante essentielle des pièces. Si des albums comme Morningrise (1997) et Still Life (1999) démontrent le talent de Mikael Åkerfeldt, des classiques comme The Spectral Sorrows (1993) et Purgatory Afterglow (1994) prouvent celui du génial Dan Swanö. Et Crimson (1996) constitue le magnum opus d’Edge Of Sanity.

Un disque d’une seule pièce de 40 minutes, pile poil, composée par un groupe death métal? Il en fallait des cojones pour accomplir un tel exploit! C’est pourtant le tour de force réussi par la bande à Swanö. Et quel voyage nous propose-t-elle! Écouter Crimson équivaut à rouler dans les Rocheuses: entre montagnes et vallées, entre courbes et lignes droites, on ne s’ennuie pas.

De nombreux styles métal y sont fusionnés en une oeuvre délicieusement fluide: death à la Stockholm, death à la Gothenbourg, doom, black, folk, prog, goth, heavy métal, entre autres. Swanö connaît son métal. Et son prog. De plus, il possède une très belle voix clean, presque apaisante, qui ressemble à celle d’Åkerfeldt. D’ailleurs, ce dernier chante sur quelques passages de l’album. Une rencontre au sommet entre deux musiciens remarquables.

Certains riffs reviennent à divers moments, afin d’assurer un effet de continuité, comme l’excellent riff gothenbourgien à 1:55, 19:29 et 33:37. L’ensemble coule comme une lampée de O’Keefe dans la gorge du col bleu qui vient de se taper une journée à refaire de l’asphalte sous un soleil de plomb. Les structures, arrangées avec brio, nous font oublier qu’on écoute une seule et même pièce, de sorte que les 40 minutes passent très vite. En passant, je trouve que 40 minutes représente généralement la durée idéale pour un album métal, à cinq minutes près. Je grince des dents quand je constate qu’un disque dure 75 minutes. Trop, c’est parfois pire que pas assez.

Aujourd’hui, les albums d’une pièce pullullent. En fait, déjà à l’époque de Crimson, des groupes comme Boris (Absolutego – 1996) et Corrupted (Paso Inferior – 1997; Llenandose de Gusanos  – 1999, un album double de deux pièces, soit une sur chaque disque, pour 2 h 03 de sludge/doom ultrapuissant!!) lançaient des bombes de doom sur la planète sans défense. Reste que Crimson a fait école, car jamais un groupe death métal n’avait osé une telle entreprise.

En 2003, le groupe a lancé Crimson II. Je ne l’ai pas écouté, mais je reste sceptique. Je ne crois pas que reprendre un concept qui a contribué à établir sa notoriété soit une excellente idée. Parlez-en à Helloween. Malgré tout, simplement pour son audace et pour son ambition artistique, Crimson mérite le titre de classique oublié.

Publicités

Une Réponse to “Classique oublié: Edge Of Sanity – « Crimson »”

  1. Crimson II est un très bon album… qui aurait effectivement gagné à ne pas s’appeler Crimson II afin d’éviter les comparaisons avec le premier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :