Portrait – le métal chilien

L’Amérique du Sud foisonne de groupes métal. Le Brésil demeure à l’avant-plan, tant au niveau du nombre de groupes que de l’attention qu’ils génèrent, et c’est somme toute normal, considérant qu’il s’agit du pays le plus populeux du continent. J’ai toutefois constaté que le Chili présentait une scène métal vivante (755 groupes, selon Metal Archives). J’ai aussi remarqué que la majorité des groupes portaient des noms anglais et chantaient en anglais. Ça me rappelle un endroit que je connais bien…

Ainsi, à travers un mince échantillon de groupes, je vous offre ce portrait métal d’un pays trop souvent oublié quand vient le temps de parler de métal sud-américain:

Acrimonious: la formation de death métal technique existe depuis 1991, mais n’a qu’un seul album à son actif, Crisis de Odio (2005). Il compte aussi deux démos aux titres « créatifs »: Demo 1 (1992) et Demo 2 (1994). Parlez-moi d’inspiration…

Animus Mortis: après un démo paru en 2005 (Desolated Landscapes), ce groupe de black métal a enregistré un autre démo qui sert de Best Of/Compilation: Thresholds Of Insanity (2005). Drôle d’idée. D’autant plus que son premier album, Atrabilis (Residues From Verb & Flesh), a envahi l’underground en 2008.

Coprofago: fondée en 1993, l’entité death/thrash technique possède une discographie de trois albums: Images Of Despair (1999); Genesis (2000); Unorthodox Creative Criteria (2005). Ce dernier est distribué au Québec par Galy Records.

Criminal: une des formations chiliennes les plus connues, signée sur Metal Blade Records depuis maintenant trois disques. Depuis ses débuts, en 1991, le quartette death/thrash a créé cinq albums: Victimized (1994); Dead Soul (1997); Cancer (2000); No Gods, No Masters (2004); Sicario (2005). L’album en concert Slave Master – Live est paru en 1998.

Fastidio!: ce groupe thrash/speed avec un soupçon de prog a lancé par lui-même en 2008 son premier album Fracaso: Crónicas del Sector 3. Le son est très professionnel et si une compagnie ayant le moindrement de cojones pouvait accepter qu’il chante en espagnol, je crois qu’il pourrait se construire une bonne réputation internationale.

Hielo Negro (glace noire): du stoner rock/métal chilien en espagnol? Yep. Le groupe, qui sévit depuis 1996, est maintenant rendu à quatre albums: Demonio Parlante (2001); Patagonia Rock (2003); Donde Nacen Los Vientos (2005); Purgatorio Bar (2008 ).

Inquisicion headbangue depuis 1993 et faisait déjà du heavy métal traditionnel alors que les autres groupes luttaient pour le trône death métal. Un scénario à la Nocturnal Rites, finalement. Inquisicion a sorti trois disques: Steel Vengeance (1996); Black Leather From Hell (1998 ); Metal Genocide (2004). Des titres on-ne-peut-plus métal.

Mar de Grises (mer de gris): un groupe de doom/death métal mélodique, qui a obtenu un certain succès hors du pays, avec ses deux albums, The Tatterdemalion Express (2004) et Draining The Waterheart (2008 ). Signé sur l’alliance finnoise Firebox Records/Firedoom Music, il est en train de se créer une solide réputation dans le style, d’autant plus qu’il effectue des tournées à travers le monde.

Necrosis: cette conspiration thrash est née en 1985, soit presque en même temps que Sepultura, mais n’a jamais obtenu la même reconnaissance. Elle a seulement deux albums: The Search (1988) et Enslaved To The Machine (2001). Elle s’est séparée et reformée à plusieurs reprises, en raison notamment du suicide d’un de ses membres, en 1990.

Occidens: la horde death/black métal a produit un démo en 2005 (Descending Of The Fire Hordes), avant la parution de son premier album, Glorification Of The Antichrist, (2007) sur la compagnie Deathgasm Records. Le potentiel de reconnaissance internationale semble donc en voie de se réaliser.

Postumo Lumbre (Feu posthume): un projet solo de doom/death métal par un musicien nommé Necuss… voilà une proposition différente. Son premier album, Vislumbres, est arrivé en 2007.

Reencarnación: ces pourvoyeurs de thrash/groove ont amorcé leurs activités en 1999 et ont lancé leur premier album Implorado clemencia en 2001 et un split avec Letargo, en 2006. Autrement dit, ça sonne comme Pantera qui chanterait en espagnol.

Sadism: toujours actif, malgré sa fondation en 1988, le groupe de death métal a atteint le cap des quatre albums; le premier, Tribulated Bells, remonte à 1992, alors que le dernier, Summon, date de 2002. La compilation Perdition Of Souls est apparue en 2005 et on attend toujours du nouveau matériel.

Thornafire joue du death métal depuis 1998 et est maintenant signé sur Ibex Moon Records, la compagnie de John McEntee, d’Incantation. Le groupe a enregistré deux démos (Granted For All Somberness, 1999; Sin And Flesh Devotion, 2004), un EP (Mortus Tenebrae Surrectus, 2001), avant d’accoucher d’Exacerbated Gnostic Manifestation, en 2007.

Torturer: la formation death/thrash casse tout sur son passage depuis 1989 et compte trois albums à son actif: le premier, Oppressed By The Force, est paru en 1992, et le dernier, The Flames Of Purification, en 2003. En 2008, il a osé un split avec le groupe de death métal péruvien Ritual, Eterna Tortura/Devastnation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :