Classique oublié: Kyuss – « Welcome To Sky Valley »

À l’intérieur de la pochette de Welcome To Sky Valley (1994), la quatrième création de Kyuss, les fils du désert ont écrit Listen Without Distraction. D’aucuns diraient : Listen With A Fat Spliff. Cet album doit être extraordinaire en format vinyle, durant une soirée entre ami-es qui partagent soit des joints gros comme une lampe de poche (pour ceux et celles qui aiment ça), soit des litres de blonde bien fraîche. Kyuss est ce que Black Sabbath aurait été s’il avait commencé en 1988 au lieu de 1968.

Ah… Kyuss. Un style difficile à définir, tellement il est unique : le son de guitare puissant, organique et très particulier de Josh Homme (maintenant dans le populaire Queens Of The Stone Age), la voix caractéristique de John Garcia, la basse sismique de Scott Reeder et la batterie flexible de Brant Bjork. Kyuss, c’est Kyuss. Il suffit d’entendre une seconde de sa musique pour le reconnaître.

À mes yeux, Welcome To Sky Valley constitue le magnum opus du groupe. Il se divise en trois segments, de trois ou quatre pièces chacun. Le trio Gardenia/Asteroid/Supa Scoopa And Mighty Scoop ouvre le tout de façon magistrale. Dès le départ, Gardenia enveloppe l’auditeur et rocke avec toute la puissance du désert. Puis, Asteroid poursuit brièvement dans cette veine, avant de se fondre dans la méditative Supa Scoopa And Mighty Scoop et de revenir dans l’intensité du RAWK. Le riff vers 14:50 est la quintessence du riff stoner rock.

Le deuxième bloc débute par la vigoureuse 100 Degrees, une des meilleures compositions du disque, notamment grâce au riff magique à 00:30. Ensuite, Space Cadet amène l’auditeur dans des territoires célestes, qui appellent un lent headbang. Enfin, Demon Cleaner revient en terrain rythmé, avec encore une fois des riffs formidables. Toutefois, elle rocke moins que Gardenia, Supa Scoopa And Mighty Scoop ou 100 Degrees; elle montre plutôt une retenue qui n’attend que le bon moment pour se relâcher.

Or cette tension se libère dès le début de la troisième section avec Odyssey, la plus agressive des dix chansons. Après une introduction quasi-sereine, elle explose avec des riffs énergiques qui s’imbriquent comme des Legos. La tension se déchaîne pendant quelques minutes, puis se poursuit sur l’énergique et dansable Conan Troutman. Kyuss groove alors comme un mille-pattes souffrant de diarrhée. Ce groove s’amplifie sur N.O., qui présente les riffs les plus bluesés de l’album. Cette partie se conclut par la nuancée Whitewater, qui, en neuf minutes, présente en quelque sorte un résumé des atmosphères de Welcome To Sky Valley .

La leçon se termine avec Lick Doo, un morceau caché d’environ une minute, qui prouve le sens de l’humour des musiciens. Essentiellement, ils délirent sur une mélodie d’orgue. Léger et impertinent, je comprends pourquoi ils l’ont caché; il n’apporte rien à ce chef-d’œuvre.

À vrai dire, il est parfois difficile d’identifier les fins et débuts de chaque pièce, tant les enchaînements sont fluides. Mais cette stratégie fonctionne à merveille et crée une expérience riche, imprévisible et satisfaisante. Les blocs musicaux parcourent le spectre complet des ambiances stoner rock. En fait, chaque aspirant musicien stoner rock devrait écouter Welcome To Sky Valley au moins 666 fois pour en assimiler la perfection. Les riffs brûlent tout sur leur passage. Les arrangements brillent d’ingéniosité. Les performances individuelles sont fantastiques. La production complète l’ensemble à merveille : chaque instrument respire et prend toute la place dont il a besoin. Enfin, la pochette cadre avec le concept de trame sonore du désert, en montrant des images de désert aride et d’une gigantesque éolienne. On imagine alors le vent qui souffle avec force sur les étendues stériles et c’est comme si la musique s’imprégnait de cette qualité. Un disque idéal tant pour les partys que pour les séances d’écoute en solitaire, avec de bons écouteurs.

 

Welcome To Sky Valley est un de mes cinq albums métal préférés. Un über-classique. Si je n’avais pas arrêté d’écouter du stoner rock vers 1999, je dirais que Welcome To Sky Valley est la meilleure oeuvre dans l’histoire du genre. Peut-être d’autres encore plus excellentes sont parus depuis. Mais j’en doute.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :