Académie des surévalués: Mastodon – « Blood Mountain »

Blood Mountain (2006), le troisième opus studio de Mastodon, avait été nommé Album de l’année 2006 par l’équipe du magazine Metal Maniacs dans son numéro de Février 2007 (si je ne m’abuse). Intrigué par un tel choix, je me le suis procuré. Et après avoir passé bien des heures en sa compagnie, je ne peux être en accord avec l’ honneur qui lui a été décerné.

Somme toute, Blood Mountain est un bon disque. Il ne peut être compris après une seule écoute, ou même dix. En soi, ce trait caractérise les grands albums. Mais quand des pièces moins achevées comme Bladecatcher, Hunters of the Sky, Hand of Stone, This Mortal Soil et Siberian Divide finissent par révéler leurs secrets, la puissance de l’ensemble s’en voit diluée et la déception s’installe. Ainsi, lors de mes premières écoutes de Colony of Birchmen, je la trouvais excellente. Mais plus je l’écoutais, moins je l’aimais. Maintenant, elle me tape sur les nerfs. Ses mélodies passent d’entraînantes à irritantes en un rien de temps. C’est comme la différence entre quelques minutes au soleil et un trop long séjour sous les rayons qui laisse la peau brûlée.

Blood Mountain constitue une œuvre variée, mais qui manque de direction. Surtout à partir de Bladecatcher, la sixième pièce. Le disque s’enlise alors. Pourtant, chaque plage subséquente comporte au moins un segment créatif, que ce soit un riff, un rythme, une mélodie. C’est pourquoi, malgré ses défauts, l’album propose quand même une expérience musicale digne d’intérêt. Le problème repose dans le fait que ces segments ne sont pas arrangés de façon à maximiser leur impact. Ils sont trop déconnectés les uns par rapport aux autres. Blood Mountain ressemble par moments à une peinture qui n’offre pas une impression d’unité. En outre, les collaborations vocales de Scott Kelly (Neurosis), Josh Homme (Queens of the Stone Age) et Cedric Bixler-Zavala (The Mars Volta) ne corrigent pas ce défaut.

Il ne suffit donc pas de juxtaposer des éléments contrastants, si bons soient-ils, pour forger un document convaincant. Il faut une vision. Hélas, Blood Mountain souffre de myopie. Comme si les membres de Mastodon avaient voulu tirer partout en même temps, dans l’espoir d’atteindre une cible, n’importe laquelle, à défaut de concentrer leurs efforts vers un objectif convergent. Or, à trop vouloir réunir diverses atmosphères sans pouvoir les relier, le quatuor ne parvient pas à affirmer avec conviction son identité. Dommage, car les musiciens sont talentueux, en particulier le batteur Brann Dailor. Il affiche beaucoup de personnalité dans sa manière de jouer; cependant, à en juger par les critiques de Blood Mountain sur Metal Archives, cette personnalité ne fait pas l’unanimité.

Une autre partie du problème réside dans le duo de vocalistes formé de Brent Hinds (guitariste) et de Troy Sanders (bassiste). Leurs voix sont quelconques. En général, posséder une voix ordinaire n’empêche pas un vocaliste métal de développer un style personnel, unique. Mais Hinds et Sanders ne s’établissent pas comme un duo imposant, ce qui diminue la portée des pièces, au lieu de l’augmenter. Quelques passages réussis s’incrustent malgré tout dans la mémoire, mais en eux-mêmes, ils ne disent rien sur la valeur de la musique: je peux bien avoir la chanson Cœur de loup dans la tête, mais ça ne veut pas dire qu’elle soit bonne. « Mémorable » et « bon » ne sont pas des synonymes.

Ceci dit, le désir de Mastodon d’être original suinte à travers chaque note, et jusqu’à un certain point, le groupe atteint son but, en livrant un genre de sludge progressif difficile à cerner. Par exemple, l’utilisation de voix « distorsionnées » dans Bladecatcher et Circle of Cysquatch démontre cette volonté. J’encouragerai toujours une telle approche, mais dans ce cas précis, le désir prend le dessus sur la réelle qualité des résultats, comme en témoigne la présence discutable d’un message vocal caché environ quinze minutes après la fin de Pendulous Skin. Sur les douze compositions, seules The Wolf Is Loose, Crystal Skull, Sleeping Giant, Capillarian Crest et Circle of Cysquatch se démarquent. Comme si les idées des musiciens avaient alors enfin trouvé un point d’intersection. Ils prouvent leur capacité à écrire des morceaux inspirés et inspirants. Au final, le ratio « bonnes pièces / mauvaises pièces » montre que, si Blood Mountain mérite d’être entendu, il n’est pas le classique que plusieurs critiques veulent bien croire. À noter que ses meilleures pièces se situent toutes au début, un problème récurrent des albums surévalués.

En dépit des critiques soulevées plus haut, Blood Mountain reste un bon disque. Mais de là à le qualifier de « Album de l’année 2006 », comme ce fut le cas dans Metal Maniacs? Non. Pas dans une année qui a vu la parution de monuments tels que Ashes Against the Grain d’Agalloch, The Locust Years de Hammers of Misfortune, Oath Bound de Summoning ou In a Flesh Aquarium d’Unexpect. Le talent de Mastodon est là, sa volonté d’inventer un son original est là. Son potentiel existe, mais il ne s’est pas encore pleinement épanoui. Le groupe doit maintenant canaliser ces forces pour construire une œuvre digne de ses ambitions.

2 Réponses to “Académie des surévalués: Mastodon – « Blood Mountain »”

  1. « Le groupe doit maintenant canaliser ces forces pour construire une œuvre digne de ses ambitions. »

    Tu veux dire une œuvre comme Crack the Skye, par exemple? ;)

    • johnnylebrun666 Says:

      Eh eh… je n’ai pas entendu « Crack the Skye », mais si je me fie aux bons commentaires que j’ai lus sur l’album, il semble effectivement être cette oeuvre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :