Plus c’est fort, plus c’est bon… plus c’est con.

Une nouvelle étude états-unienne montre que la proportion de jeunes aux prises avec des problèmes auditifs est passée de 14,5% à 19,5% entre 1988 et 2005. Bien que les chercheurs refusent d’attribuer cette situation directement aux baladeurs en tous genres, ils laissent toutefois entendre que cette explication serait très plausible. Je n’en serais pas étonné. Il m’arrive souvent, quand je prends les transports en commun, d’entendre la musique provenant du baladeur d’une personne se trouvant à quelques mètres de moi. Je me dis alors que ce comportement ne peut être sain et je ne peux m’empêcher de la considérer comme irresponsable. Presque invariablement, cet individu est jeune. Adolescent ou début de la vingtaine. L’âge où on se croit invulnérable. L’âge où on pense que la santé est un acquis que rien ne peut ébrécher. Et pourtant.

D’aucuns ne jurent que par la puissance du volume, quand vient le temps d’apprécier la musique. J’admets que cette attitude revêt un certain sens lors d’un spectacle. Des milliers de groupes que j’ai vus sur scène, j’ai constaté que Fu Manchu et Manowar jouaient le plus fort. Dans leur cas, ce volume infernal ajoutait à la qualité de leur prestation. Je sentais alors les vibrations de l’air, même à plusieurs mètres de distance de la scène, j’aurais sans doute pu me faire sécher les cheveux, s’ils avaient été mouillés. Mais j’avais la possibilité de me mettre des bouchons dans les oreilles. Ce que j’ai fait. Heureusement d’ailleurs, car je n’aime pas avoir de la difficulté à bien entendre pour quelques jours, après un spectacle.

Toutefois, quand j’écoute un album sur mon baladeur ou sur un système de son, je préfère un volume plus confortable. Je ne comprends pas ce que l’inconfort auditif peut avoir d’attrayant. Nombre d’amateurs de musique disent « If it’s too loud, you’re too old ». Eh bien, soit. Je suis un vieux bâtard grincheux. Mais au moins, je suis encore capable d’entendre les murmures et soupirs…

Je vous laisse avec cette excellente citation de Kevin Stewart-Pankow, critique et journaliste de Metal Maniacs. Désolé de ne pas inclure la référence, je l’ai cherchée, mais je ne l’ai pas trouvée. Vous devrez me faire confiance pour cette fois.

« I’ve never fully believed in the old metal scene adage that an album has to be played at maximum volume to be experienced in all its glory. Seems to me that if an album can’t stand on its own merit, then adding amplitude will only, in effect, turn up the suck dial and end up adding more noise to our already noise-polluted world. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :