Archive for the Académie des surévalués Category

Académie des surévalés: Mayhem – « De Mysteriis Dom Sathanas »

Posted in Académie des surévalués on juillet 1, 2011 by johnnylebrun666

De Mysteriis Dom Sathanas (1994) de Mayhem. Un classique absolu dans bien des cercles. À mes oreilles, une œuvre profondément ennuyeuse. C’est d’autant plus décevant que les deux premières pièces, Funeral Fog et Freezing Moon, commencent l’assaut avec force. Cependant, dès Cursed In Eternity, la troisième, l’album s’enlise dans une désolante accumulation de riffs surf aseptisés et de borborygmes ridicules émis par Attila Csihar. Je ne comprends pas comment De Mysteriis Dom Sathanas a pu influencer des légions de musiciens black métal. Sans doute la controverse entourant le groupe a fortement contribué à la légende de ce disque. Et sans doute qu’au moment de sa parution, il représentait la quintessence de ce qui se faisait de noir, dans le métal. Mais il a bien mal vieilli.

Lire la suite

Académie des surévalués: Mastodon – « Blood Mountain »

Posted in Académie des surévalués on février 21, 2010 by johnnylebrun666

Blood Mountain (2006), le troisième opus studio de Mastodon, avait été nommé Album de l’année 2006 par l’équipe du magazine Metal Maniacs dans son numéro de Février 2007 (si je ne m’abuse). Intrigué par un tel choix, je me le suis procuré. Et après avoir passé bien des heures en sa compagnie, je ne peux être en accord avec l’ honneur qui lui a été décerné.

Somme toute, Blood Mountain est un bon disque. Il ne peut être compris après une seule écoute, ou même dix. En soi, ce trait caractérise les grands albums. Mais quand des pièces moins achevées comme Bladecatcher, Hunters of the Sky, Hand of Stone, This Mortal Soil et Siberian Divide finissent par révéler leurs secrets, la puissance de l’ensemble s’en voit diluée et la déception s’installe. Ainsi, lors de mes premières écoutes de Colony of Birchmen, je la trouvais excellente. Mais plus je l’écoutais, moins je l’aimais. Maintenant, elle me tape sur les nerfs. Ses mélodies passent d’entraînantes à irritantes en un rien de temps. C’est comme la différence entre quelques minutes au soleil et un trop long séjour sous les rayons qui laisse la peau brûlée.

Lire la suite

Académie des surévalués: Watchtower – « Control And Resistance »

Posted in Académie des surévalués on août 1, 2009 by johnnylebrun666

Control And Resistance (1989) du groupe étatsunien Watchtower est considéré par plusieurs comme un classique absolu du thrash métal progressif/technique des années 1980. Il se démarque en effet de la plupart des albums lancés au cours de cette période par l’indéniable qualité de la musique qu’on y retrouve. Mais après une dizaine d’écoutes, je ne peux affirmer qu’il s’agit du meilleur représentant du genre: Dimension Hatross (1988 ) ou Nothingface (1989) de Voivod, pour ne nommer que ceux-là, le battent à plate couture. En fait, je dirais que, malgré ses points forts, Control And Resistance est surévalué.

Lire la suite

Académie des surévalués: Sculptured – « Apollo Ends »

Posted in Académie des surévalués on février 15, 2009 by johnnylebrun666

Dès son démo Fulfillment In Tragedy (1996) et son premier album The Spear Of The Lily Is Aureoled (1998 ), Sculptured a généré un fort intérêt dans l’underground. Il faisait partie des plus grands espoirs de la compagnie The End Records. Que s’est-il passé alors? La réponse simple: le groupe n’a pas atteint son plein potentiel.

Lire la suite

Académie des surévalués: Sonata Arctica – « Unia »

Posted in Académie des surévalués on septembre 26, 2008 by johnnylebrun666

J’aime beaucoup la musique de Sonata Arctica, en particulier sur Ecliptica (1999) et Winterheart’s Guild (2003). J’ai également beaucoup apprécié le spectacle du groupe au Medley, en 2005. En 2007, il lançait son cinquième disque, Unia (rêve, en finnois). L’album n’a pas été bien accueilli par la plupart des critiques; j’ai quand même vu un surprenant 9 sur 10 de Martin Popoff (Brave Words And Bloody Knuckles). Ça peut donc sembler bizarre de l’inclure dans cette chronique, puisqu’il n’est pas si « évalué » que ça. Mais, en tant que fan, j’avais des attentes. Et j’ai été déçu.

Lire la suite

Académie des surévalués: Machine Head – « Burn My Eyes »

Posted in Académie des surévalués on juillet 11, 2008 by johnnylebrun666

Quand Machine Head a lancé Burn My Eyes, son premier album, en 1994, je me souviens d’avoir lu une pléthore de critiques dithyrambiques. Borivoj Krgin, de Metal Maniacs, l’avait même décrit comme étant un des cinq meilleurs albums métal de tous les temps. OK… chacun a droit à son opinion, mais on s’entend que dans ce Top 5, il faudrait inclure au moins un album de Black Sabbath, un de Judas Priest, un d’Iron Maiden, un de Slayer, un de Metallica, entre autres possibilités. Ne serait-ce que pour leur influence majeure sur le développement du métal. Or Machine Head n’a jamais eu ce genre d’impact. Le problème du groupe réside dans le fait que sur Burn My Eyes, il n’a pas réussi à intégrer suffisamment ses influences pour en arriver avec un son propre.

Lire la suite

Académie des surévalués: Iron Maiden – « The Number Of The Beast »

Posted in Académie des surévalués on mai 22, 2008 by johnnylebrun666

Je peux imaginer la réaction des lecteurs: comment j’ose blasphémer ainsi et attaquer un des classiques absolus du métal? Parce que justement, il ne mérite pas cet honneur. Je ne comprends pas pourquoi on présente The Number Of The Beast (1982) comme le meilleur album d’Iron Maiden. Il rocke, oui, mais pas autant que Piece Of Mind (1983), Powerslave (1984) ou même Killers (1981) ou Iron Maiden (1980), avec Paul Di’Anno. Le principal problème du disque réside dans son manque de constance. En fait, à part les remarquables Hallowed Be Thy Name et Children Of The Damned; les pièces, certes bien agréables et sympathiques, restent somme toute ordinaires: 22, Acacia Avenue; Gangland ;The Number Of The Beast; Run To The Hills; The Prisoner ; Invaders. Chacune comporte des riffs mémorables et des mélodies entraînantes (surtout le refrain de Run To The Hills), mais aucune ne parvient à s’élever au niveau d’excellence suffisant pour figurer parmi les grands classiques du métal. Avez-vous déjà connu quelqu’un qui croyait Gangland essentielle au répertoire du groupe? Fredonnez-vous souvent le refrain de The Prisoner? C’est ce que je disais. Oh, et Invaders est nulle à chier.

Lire la suite